Barre de menu



  

24/04/2015

MODELISATION DE CATALOGUES DE PRODUITS INDUSTRIELS


FAMILLES PARAMÉTRIQUES REVIT ARCHITECTURE

Ces informations sont à votre attention, fabricants, constructeurs, industriels souhaitant modéliser vos objets au format Revit Architecture. Pouvoir fournir à vos clients existants et potentiels des familles Revit paramétriques est un atout incontestable aujourd'hui, C'est pour cette raison que beaucoup d'entre vous s'y intéressent et font la démarche. Il est facile de comprendre que les concepteurs (dessinateurs) ont besoin d'objets fonctionnant parfaitement dans leurs projets. Les fabricants possédants ce type d'objets auront donc un avantage certains et se trouveront souvent présents dans les dessins (maquettes numériques) que ce soit au stade de la conception ou au stade de la construction. L'inconvénient c'est qu'il faut bien connaître le système pour être certains de ne pas rater son investissement.
Associé avec plusieurs Bim Modeleurs (dessinateurs), formateurs et utilisateurs testeurs, nous sommes en mesure de modéliser vos catalogues de produits. Mais nous sommes également souvent sollicités juste pour des conseils car le BIM et les objets paramétriques en France n'en sont qu'à leur balbutiement et peu d'entre nous comprennent le concept, ce qui est tout à fait normal. Pour vous aider à mieux choisir nous mettons nos 8 années d'expérience en modélisation d'objets paramétriques et gestion de patrimoine à votre service.
Voici déjà quelques conseils qui j'espère vous seront utiles dans vos futures démarches.
Le conseil aux utilisateurs
-Faîtes vous conseiller puis faîtes faire plusieurs devis et test avant d’accorder votre confiance à un créateur de familles paramétriques.
-Privilégiez toujours l’information plutôt que le graphisme.

Les versions du logiciel Revit
-Pensez à faire modéliser vos familles dans des versions antérieures de Revit. Exemple : Nous sommes en 2015, hors beaucoup de bureaux d’étude, d’architectes et d’entreprises diverses utilisent encore des versions de Revit 2014 voire même 2013. Si vous ne leur donner que des objets réalisés en version 2015, ils ne pourront pas les utiliser. Vous risquez donc de perdre beaucoup de clients potentiels.

Votre entreprise exporte
-Pensez à traduire vos objets dans plusieurs langues européennes si vous exportez. Même si l’anglais est la langue officielle du Bim et du format Ifc, 99% des projets Bim créés dans un pays, ne le seront que par des entreprises du pays. Donc pour que tout le monde se comprenne, quoi de mieux que d'utiliser la langue du pays.
Lorsque vous demandez une famille paramétrique à votre fournisseur, exigez qu’elle soit modélisée en paramètres partagés et que l’on vous donne le fichier. Il est important que vos client le possèdent afin d’y ajouter de nouveaux paramètres, d’en modifier certains et de générer des étiquettes.
-Exigez également que l’on vous livre les étiquettes correspondants aux objets de taille 1mm, 2mm et 3mm.
-Attention aux tableaux des types de vos objets, ce sont des fichiers (.txt) qui sont liés à chaque famille. Utilisez-les avec parcimonie. Ces tableaux sont utiles lorsque l'objet (famille) est décliné en beaucoup de types différents. Par couleurs, par tailles, par puissance... Ils permettent à l'utilisateur de ne charger que les types dont il a besoin dans la conception de son projet. Si votre famille possède moins de 10 types différents, ne les utilisez pas car ils polluent les bibliothèques.

Le coût de la modélisation
-Faire modéliser toute une gamme de produits afin de les donner en partage aux utilisateurs coûte cher, mais vous apportera un retour sur investissement considérable. Pour diminuer ces coûts il peut être judicieux de vous associer avec certains de vos fournisseurs. Par exemple si vous utilisez des moteurs dans vos produits, le fabricant qui vous livre peut être intéressé de partager le coût de la modélisation de la famille. En échange, la marque du moteur sera mentionnée dans l'objet.

Les services aux utilisateurs
-Pensez également à accompagner les utilisateurs de vos familles. Une petite fiche explicative sur les particularités des objets et la méthode permettant leur utilisation optimum n’est pas compliquée à mettre en place. Pensez également à mettre en place un retour d’informations de la part de vos utilisateurs. Ceci afin d’améliorer encore vos objets paramétriques pour coller le plus possible aux besoins des utilisateurs.

-A propos des « objets IFC ».
 Aujourd’hui, de plus en plus de sites web proposent des objets au format IFC en téléchargement. Sachez qu’un objet au format IFC, ça n’existe pas. C’est techniquement impossible à réaliser, simplement parce que les applications Bim n’exportent pas les objets (familles) au format IFC. Les applications ne peuvent exporter que des projets au format IFC. Ces projets contiennent des objets. Donc lorsqu’ils sont exportés c’est l’ensemble qui devient maquette au format IFC. Les objets ifc que vous téléchargez ne sont ni plus ni moins que des projets dans lesquels se trouvent un seul objet. Vous ne pourrez jamais les ranger dans une bibliothèque et encore moins les charger dans vos projets. La seule solution sera pour vous de les copier de projets en projets. En réalité ces objets n’ont aucun intérêt car en plus ils ne sont pas paramétriques et ne peuvent être modifiés.
Cette méthode vous permet par contre de pouvoir visionner ces objets avec un simple viewer iFC sans avoir besoin d’une application dessin BIM.

-Technique:
Pensez que le Bim modeleur a besoin d’informations précises pour réaliser vos objets, vous devrez lui fournir des plans papier, des plans dwg, des photos, des fiches techniques... Ces informations lui feront gagner du temps dans la création et donc le prix en sera diminué d’autant.
Si vos produits possèdent des équipements électriques ou de génie climatique, n'oubliez pas de faire intégrer les connecteurs que Revit propose. Sans ces connecteurs et leur bon paramétrage, vos familles ne pourront pas être exploitées pleinement par les utilisateurs.

Les différents utilisateurs des objets.
Les objets ou familles composants un bâtiment seront utilisés par beaucoup d’entreprises tout au long du cycle de conception et réalisation du bâtiment. Et chaque métier l’utilisera pour ses propres besoins. Il est donc important que chaque objet puisse correspondre à tous les principaux besoins. Celui de l’architecte en phase esquisse comme dans les autres phases, aux bureaux d’étude qui s’en serviront pour réaliser des études techniques dynamiques.

-LOD: "level of details" ou "level of developpment" en Anglais. ND "Niveau de détail" en Français.
Revit permet d'afficher selon la phase du projet, les objets qui le composent soit en niveau de détail faible, moyen ou élevé au niveau du graphisme. Cette fonction ne doit pas être mise de côté car les utilisateurs l'utilisent de plus en plus selon la phase de conception ou réalisation dans laquelle ils se trouvent. Ces différents niveaux de détail ne sont pas toujours simple à réaliser selon la complexité des objets à modéliser. Deux niveaux de détail me paraissent un minimum. Alors que Revit permet d’en réaliser 3, la réalité du terrain voudrait que l’on en fasse 5. Autant dire que c’est encore du rêve… à moins de multiplier les types de graphisme et donc les familles pour le même objet. Il est recommandé de rester simple dans le graphisme et dans la quantité d’objets présents (imbriqués) dans une famille. Par contre même si l’objet est modélisé schématiquement ou s’il n’existe pas, l’information le concernant, elle, doit exister. Exemple simple, pour une fenêtre. Le gestionnaire de patrimoine ne gérera jamais la poignée de la fenêtre, cela ne nous empêche pas de la modéliser, ou pas. Il est donc inutile de la modéliser avec un degré de précision de 100%, par contre il peut être très utile d’ajouter en information qu’une poignée de tel modèle est présente dans la fenêtre, de cette manière le gestionnaire de patrimoine pourra aisément identifier et quantifier.

-Gestion de patrimoine : Il est très important de vous projeter en avant lorsque vous faites modéliser les produits de votre catalogue car les personnes qui les utiliseront seront différentes selon la phase de conception ou de construction mais également pendant la phase de gestion exploitation du bâtiment. Et Bien entendu, les besoins de chacun ne seront pas les mêmes que ce soit en matière de graphisme, de paramétrique, d’esthétique et surtout d’information. Le gestionnaire de patrimoine, dans la chaîne des utilisateurs arrivera le dernier. C’est en général lui le maître d’ouvrage qui grâce à vos objets intelligents va pouvoir gérer son bâtiment. A condition que vous ayez pensé à lui en amont.
Une collectivité a besoin d’état des lieux de son patrimoine. Cela passe par l’identification et la quantification des équipements. Jusqu’à présent les gestionnaires de patrimoine ne géraient quasiment que les surfaces, ce qui est déjà beaucoup, mais demain ce seront tous les objets composants le bâtiment qui seront identifiés et quantifiés.
Si dans une famille système de toit vous ne pensez pas à insérer les paramètres toiture terrasse et toiture pente, comment voulez-vous qu’une commune puisse connaître les surfaces de chacune et donc déclencher des méthodes d’entretien en fonction du type de toiture ?
Si dans une famille de fenêtre vous ne créez pas la contrainte de calcul « surface vitrée » comment voulez-vous que la commune puisse quantifier ses surfaces vitrées et lancer des appels d’offres précis pour des marchés de nettoyage. La date de construction ou d’installation est également une information très utile à la gestion de patrimoine afin de connaître l’ancienneté de certains équipements et donc prévoir leur entretien ou renouvellement. Les besoins du gestionnaire sont bien évidemment énormes, il faut donc cibler les paramètres les plus utiles. Ma connaissance de ces besoins grâce au poste de Bim Manager et responsable du projet GTP (Gestion Technique de Patrimoine) que j’ai occupé durant 5 années au sein de la Ville de Blagnac, me permettront de vous conseiller dans le choix de ces informations présentes dans les objets.
Les besoin du gestionnaire de patrimoine sont essentiellement informatifs car ce sont les propriétés des objets qu’il va exploiter, par contre la partie graphisme est beaucoup moins importante et vue la quantité d’objets présents dans un bâtiment il est souvent préférable que ceux-ci soient légers en poids pour ne pas plomber le projet. Cela voudrait donc dire que pour un même objet, il faudrait réaliser plusieurs familles selon l’utilisateur… Oui cela peut arriver, mais cela peut aussi se prévoir en amont dès la modélisation de l’objet pour l’architecte ou le bureau d’étude en phase de conception. L’idéal serait de connaître les besoins des collectivités avant de débuter la modélisation des objets. Oui mais le domaine de la gestion de patrimoine au travers de la maquette numérique BIM est encore très peu utilisé et maîtrisé en France, donc les collectivités ne savent pas ce qu’ils pourraient exploiter au travers des maquettes numériques.

Des règles de modélisation et des propriétés calibrées (une norme)
Il existe un groupe de travail qui se penche depuis l’année dernière sur une normalisation des objets BIM.
Ce projet PPBIM est en construction au sein de l’AIMCC (Association des industries de produits de construction).
Je trouve l’idée très bonne car aujourd’hui, en matière d’objets intelligents BIM on trouve tout et n’importe quoi. Donc harmoniser aussi bien le graphisme que les propriétés de ces objets va dans le bon sens.
Deux choses ma chiffonne quand même dans cette initiative.
La première est si j’ai bien compris ce concept de plateforme ou d’application connexe aux logiciels CAO. Encore une application qu’il va falloir installer en plus, encore une plateforme qu’il va falloir payer.
La deuxième, c’est le fait de vouloir réglementer cette partie du BIM aujourd’hui. En effet, même si je suis d’accord avec le principe, le fait qu’en France le BIM ne prenne réellement son envol que depuis mi 2014, Je crains que cette réglementation ne vienne freiner son développement en décourageant certains. Mais c’est typiquement Français que de vouloir tout cadrer et réglementer. Je pense au contraire qu’il faudrait pendant encore quelques temps laisser beaucoup de liberté aux concepteurs afin d’encourager les initiatives. Mais ça n’est qu’un avis personnel qui peut se discuter.



N'hésitez pas à nous contacter pour avoir des réponses à vos questions:
Frédéric Bidault:  tel: 06 76 26 84 19    /  bidaultfr@gmail.com
ou utilisez la rubrique "Enregistrer un commentaire"       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire